Nido Montessori à la maison
Etre parent

Un Nido Montessori à la maison

Les bébés aussi peuvent profiter des grands principes éducatifs de Maria Montessori. Le « Nido » (nid en italien) favorise l’ouverture au monde du bébé en reprenant les grands principes de la pédagogue.

Montessori, ce n’est pas que pour les grands !

Chez le jeune enfant de moins de 3 ans, les découvertes se font grâce à ce que Maria Montessori appelle « l’esprit absorbant inconscient ». Au lieu d’essayer consciemment d’apprendre, un bébé absorbe tout ce qui l’entoure. D’où l’importance d’apporter un grand soin à son environnement proche, son petit nid, sa chambre...

Faire entrer la philosophie Montessori à la maison

Pour la chambre de leur bébé, de plus en plus de parents préfèrent l’agencement « montessorien » au style épuré aux atmosphères trop chargées en accessoires décoratifs et couleurs claquantes des décorations plus classiques. Ce choix correspond à l’un des points forts de cette pédagogie. Comme dans les écoles Montessori, on porte en effet une grande attention au matériel pédagogique mais aussi au mobilier. L’esthétique, chère à Maria Montessori est aussi présente : couleurs douces pour les murs, matériaux nobles pour tout ce qui est manipulé par les enfants.

Simple et ordonné comme dans les écoles

  • Tout est adapté à la taille des enfants, afin de les rendre autonomes dès leur plus jeune âge.
  • Il n’y a pas de décors ou d’objets « dispersant l’attention ».
  • Chaque chose a une place définie et est toujours remise au même endroit après utilisation.
  • Les espaces réservés aux activités sont délimités par des petits tapis.

Paisible et harmonieux dans le Nido de mon bébé

  • L’espace de jeu est délimité par un tapis et bien séparé du coin sommeil. Le lit à barreaux est remplacé, chez les adeptes les plus convaincus (ils pratiquent aussi très souvent le cododo), par un matelas ferme au sol qui permet au bébé d’en sortir tout seul, dès qu’il sait ramper.
  • Les mobiles ne sont pas musicaux ou mécaniques. Ils sont placés au-dessus de l’espace de jeu. On les change au fil des mois (images en noir et blanc, puis formes géométriques en volume, aux couleurs plus nuancées).
  • Un miroir incassable est fixé au bas du mur, côté espace de jeu afin qu’un bébé s’observe, c’est un de ses jeux préférés.
  • Une étagère basse à portée d’enfant sert à poser les jouets (3 ou 4 maximum), les autres sont rangés dans un placard.

 

Mettre en place l’ambiance Nido au quotidien

Maria Montessori et Emmi Pikler ont vécu à la même époque et leurs pédagogies se ressemblent, même si le travail de la pédiatre Emmi Pickler avec les bébés est beaucoup plus reconnu que celui de Maria Montessori. Le bien-être d’un bébé est tout aussi important pour sa sécurité affective que le fait de le laisser bouger librement, pour développer son autonomie. Ces grands principes avant-gardistes ont été repris dans la « méthode » Nido.

Prendre soin, commenter et parler à mon bébé

  • Décrire toutes les actions et gestes en demandant à son bébé si cela lui convient et ainsi l’assurer que vous vous occupez de lui au mieux. Les échanges verbaux sont ininterrompus lors du bain, du change, de l’habillage. C’est ce qui montre à un bébé qu’on est complètement avec lui durant ces instants.
  • Durant les discussions, penser à avoir une voix joyeuse et utiliser une grande variété de mots, afin que votre bébé absorbe le langage sans pauvreté de vocabulaire. Le « parler-bébé » (rototo, tototte) n’est pas recommandé.
  • Tous les soins sont faits tranquillement sans bousculer son bébé. On ne le prend jamais par surprise, on le prévient, pour qu’il ait le temps de comprendre ce qui lui arrive.

Privilégier la motricité libre

  • Laisser son bébé se déplacer librement dans son univers Nido, qui est sécurisé.
  • Ne pas placer son bébé dans une position qu’il n’a pas auparavant expérimenté par lui-même, ne pas tenter de le faire marcher en lui tenant les mains (les os de ses hanches ne sont pas prêts).
  • Mettre à sa disposition du matériel riche à manipuler, en petite quantité. Le remplacer par un autre dès la moindre lassitude (une boîte à tiroir et une boule à glisser dedans, ou un sac avec des tissus de texture différentes… mais jamais les deux ensemble).
  • Privilégier les jouets simples à une seule fonction (empiler, rouler, encastrer, trier…), dans des matériaux naturels, unicolores et sans piles.
  • Laisser son bébé faire ses propres expériences et les répéter, sans l’aider, autant de fois qu’il en ressent le besoin.
Je déchire, je découpe, je colle - Dès 3 ans
Méthode sensorielle et progressive, librement inspirée de la pédagogie Montessori
photo © Natalia Lebedinskaia / Shutterstock.com
4 personnes ont trouvé cet article utile, et vous ?

Poursuivre la lecture