enfant maitresse
Etre parent

Sa relation avec la maîtresse ou le maître

Pour l’enfant qui n’a connu ni nourrice, ni crèche, ni garderie, la maîtresse (ou le maître) de petite section de maternelle est le premier adulte, sans lien de parenté avec la famille, qu’il va côtoyer quotidiennement.

Lors de son entrée en petite section, la demande affective d’un enfant est forte et elle nécessite une grande disponibilité de l’enseignant(e). Une bonne relation avec cet adulte est indispensable pour lui faire aimer l’école et lui donner envie de progresser. La plus grosse difficulté à cet âge est d’apprendre à partager son maître ou sa maîtresse avec les autres enfants !

Son premier « grand amour »

Certains parents se disent un peu jaloux de l’affection véritable que porte leur enfant à son enseignant(e) : rien n’est trop beau pour la maîtresse ou le maître et votre enfant lui offre ses plus jolis dessins ! Mieux vaut s’en réjouir et l’encourager car lorsque cette relation est positive, elle donne à l’enfant la motivation pour apprendre et pour progresser. Elle lui donne également l’assurance nécessaire pour s’intéresser aux autres enfants et donc pour se socialiser.

Surtout, ne lui dites pas que vous auriez aimé garder ses dessins ou ses petits cadeaux pour vous car s’il a l’impression que vous êtes en conflit avec sa maîtresse, vous risquez de provoquer des blocages.

Et si au contraire rien ne va ?

Soyez attentif aux paroles de votre enfant. S’il vous dit que sa maîtresse ou son maître ne l’aime pas, vous ne pouvez pas vous contenter de répondre que c’est faux : demandez-lui plutôt pourquoi il pense cela. Parfois c’est tout simplement parce que la maîtresse consacre du temps à d’autres élèves ! Vous pouvez aussi rencontrer l’enseignant(e) afin de lui exprimer le sentiment de votre enfant. Il suffit parfois d’une petite phrase ou d’un sourire complice en classe pour débloquer la situation.

Si la situation ne s’améliore pas et si vous sentez que votre enfant est malheureux à l’école, vous pouvez demander à rencontrer le psychologue scolaire : l’écoute professionnelle d’un tiers, de surcroît non impliqué dans la situation, permet très souvent de reprendre un bon départ. Par ailleurs, il est très important que ce premier contact avec l’école soit vécu comme une expérience positive par votre enfant.

Les autres adultes référents à l'école

L’enseignant(e) n’est pas le seul adulte référent de la classe dont votre enfant a besoin pour se sentir en sécurité : l’ATSEM (agent territorial spécialisé en école maternelle) y occupe également une place importante. Son rôle est d’aider la maîtresse ou le maître en classe. Elle est aussi présente lors des repas à la cantine, du repos au dortoir, lors des passages aux toilettes ; elle aide les enfants et les accompagner à devenir plus autonome. Certains enfants vous parlent autant de leur ATSEM, voire plus que de leur enseignant(e). L’important est d’établir une relation de confiance.
Les autres adultes de l’école (par exemple un intervenant régulier, les autres enseignants et ATSEM, le personnel de cantine et de garderie) constituent eux aussi des repères. Pour pouvoir recourir plus facilement à eux, mieux vaut connaître leur nom et leur rôle !

Samuel : Un monstre dans la peau - Dyscool, adapté aux enfants DYS ou dyslexiques - dès 7 ans
Le livre qui donne envie de lire aux enfants dyslexiques !  
(photo © Laurence Mouton)
Avez-vous trouvé cet article utile ?

Poursuivre la lecture