mon enfant ne veut pas dormir
Etre parent

Vidéo #5 : Sommeil de l’enfant : tout ce qu’il faut savoir

Besoin essentiel de l’être humain, le sommeil de l’enfant est au cœur de beaucoup de préoccupations quand on est parent. Et vous avez raison, bien dormir est primordial pour le développement de votre bébé, afin qu’il grandisse épanoui et en bonne santé.

Vous pouvez vite vous sentir démunis face aux difficultés liées au sommeil : endormissements compliqués, réveils nocturnes, périodes de sommeil courtes… Dans cet article, vous trouverez tout ce que vous devez savoir sur le sommeil de votre enfant de 0 à 6 ans. Nous vous donnons des conseils pour accompagner votre bébé vers un coucher serein et un sommeil réparateur. Nous vous invitons aussi à lire Un enfant qui dort bien pour peut-être sauver vos nuits. 

Pourquoi la question du sommeil de l’enfant est-elle aussi importante ?

76 % des enfants de moins de 3 ans ne dorment pas suffisamment, selon une étude INSV/MGEN de 2022. Et c’est un réel problème, car le sommeil perdu est irrécupérable. Dormir est un besoin aussi important que l’alimentation, mais pourquoi ? 

  • Le sommeil est la source d’énergie principale du corps.
  • Il contribue au bon développement physique, psychique et cognitif.
  • Il favorise l’attention, la concentration et la mémorisation des apprentissages. 
  • Il contribue à la validation des acquisitions. 
  • Il permet une meilleure gestion des émotions.
  • Il met de bonne humeur et aide à la sociabilisation.
  • Il soutient le renouvellement cellulaire et renforce le système immunitaire.
  • Il permet de bien grandir, grâce à la sécrétion d’hormones de croissance.

Voilà pourquoi les questions relatives au sommeil de l’enfant sont si nombreuses. Mais ce ne sont pas les seules explications. Pour faire face au quotidien, les parents ont besoin d’être dans les meilleures conditions physiques et mentales possibles. Mais leur état de fatigue est étroitement lié au sommeil de leur bébé. Ils attendent donc qu’il fasse ses nuits avec impatience ! 

Le sommeil règle beaucoup de problèmes au sein de la famille. C’est pour cela qu’il faut prendre de bonnes habitudes le plus tôt possible. 

Qu’est-ce qu’un enfant qui fait ses nuits ?

Quand on est parent, une des questions fréquemment posée est : « alors, est-ce qu’il fait ses nuits ? ». Souvent, des cernes témoignent de votre état de fatigue et la réponse est rarement positive.

Mais qu’est-ce que signifie vraiment faire ses nuits ? Pour un nouveau-né, faire ses nuits, ce n’est pas dormir 12 heures d'affilée sans aucun réveil. Jusqu’à 6 mois, votre bébé peut avoir besoin de s’alimenter pendant la nuit.

Généralement, un enfant est capable de faire ses nuits aux alentours de 2 ou 3 mois, lorsque son horloge circadienne se met en route. Avant, son rythme biologique n’est pas établi et est sur un rythme ultradien, avec des périodes de 3 - 4h de sommeil. 

On dit qu’un enfant fait ses nuits lorsqu’il est capable d’enchaîner une phase de sommeil de 5 à 7 heures avant de se réveiller pour manger et se rendormir. Les nuits complètes arriveront lorsqu’il n’aura plus besoin de s’alimenter la nuit. 

Sommeil de l’enfant : combien de siestes en fonction de son âge ?

Les besoins en sommeil d’un enfant de 2 ans, ne sont pas les mêmes que ceux d’un nouveau-né. Tout comme le sommeil d’un enfant de 4 ans est encore différent. En tant que parents, il est important de structurer les périodes de sommeil et d’éveil de votre bébé. Vous en êtes les seuls garants. 

Pour vous guider, nous avons créé un tableau de sommeil par âge. Il vous servira de base pour trouver un rythme adapté à l’âge de votre enfant et caler ses cycles de sommeil. Ce tableau résume le sommeil de 0 à 6 ans : le nombre et la durée des siestes, les périodes d’éveil, ainsi que les temps de sommeil totaux et nocturnes.

 

Âge (jusqu’à)

Sommeil total sur 24h

Sommeil de nuit

Sommeil de jour

Nombre de siestes 

Temps d’éveil

2 mois

16 à 20h

8 à 10h

avec 1 à 3 “repas”

8 à 10h

illimitées (durée entre 2 et 4h)

30 à 60 min

4 mois

14 à 18h

9 à 12h

avec 1 à 3 “repas”

5 à 6h

illimitées (durée 30 min à 4h)

1h à 1h30

8 mois

14 à 18h

10 à 13h

Ininterrompue ou 1 à 3 “repas”

3h30 à 5h

3 ou 4

1h30 à 2h

15 mois

13 à 17h

10 à 13h

2h30 à 4h

3

1h45 à 2h30

2

2h matin

3h midi

4h fin soir

2 ans

13 à 16h

10 à 13h

2 à 4h

2

1

4 à 5h

3 ans

13 à 16h

10 à 13h

2 à 4h

1

4 à 5h

5 ans

12 à 16h

11 à 13h

2 à 3h

1 (ou temps calme de 45 min)

4 à 6h

Au-delà

11 à 14h

11 à 13h

45 min à 1h30

1 (ou temps calme de 45 min)

4 à 6h


 

Vous pouvez commencer à structurer les temps de sieste et d’éveil à partir de 6 mois environ. Les moments d’éveil deviennent de plus en plus longs avec le temps. À 1 an, votre enfant fait en moyenne 2 siestes longues (le matin et l’après-midi) et une plus courte en fin de journée. On ne passe à 2 siestes par jour qu’à partir de 16 mois. Avant, les temps d’éveil sont trop grands pour que votre petit tienne le coup. 

Le sommeil d’un enfant de 3 ans peut être perturbé à cause de l’entrée à l’école. Les habitudes changent. Mais il a encore besoin de faire la sieste l’après-midi, au moins jusqu’à ses 5 ans. L’intensité de ses journées d’école ne va pas arranger sa fatigue et il a besoin de récupérer. Cela aide à sa concentration et à la validation de ses apprentissages scolaires. 

Attention, un « petit dormeur », ce n’est pas un enfant qui ne dort pas. Il va être dans les fourchettes basses présentées dans le tableau, mais jamais en dessous. 

Comment favoriser le sommeil de l’enfant ?

Mini-série "Être parent autrement" : En imaginant deux versions d'une même scène de la vie quotidienne, chaque épisode témoigne de la possibilité de désamorcer efficacement des situations conflictuelles à laquelle tout parent se trouve un jour ou l'autre confronté. Huit situations du quotidien en vidéo pour comprendre les bienfaits d'une éducation positive pour son enfant… et pour soi-même !

Être attentifs aux signes de fatigue

Chez les tout-petits, guetter les signes de fatigue permet de les coucher au bon moment. Il se frotte les yeux, le nez ou les oreilles, il est fatigué ou bien anormalement excité, il bâille : il est urgent d’aller au lit. Si vous ratez le début de son cycle de sommeil, vous risquez d’avoir des difficultés à l’endormir. Ces signes de fatigue peuvent être difficiles à percevoir. Dans ce cas, n’attendez pas qu’il soit trop tard et structurez ses temps de sieste grâce à notre tableau de sommeil par âge

Créer un environnement apaisant

Un peu avant le moment du coucher (le soir), diminuez la luminosité ainsi que le volume sonore. Comme l’horloge interne se cale sur la lumière, il sera dans de meilleures conditions pour s’endormir. C’est pour cela qu’on dit qu’un bébé doit dormir avec la lumière du soleil en journée. Son lit doit être accueillant et sécuritaire : pas de superflu pour les bébés, c’est un espace uniquement dédié au dodo. 

Les enfants ont besoin de dépenser leur énergie pendant la journée. En soirée, limitez les stimulations et privilégiez des activités plus calmes. Pour les plus grands, il est important de réduire les écrans. Ils stimulent le cerveau et leur luminosité favorise l’éveil plutôt que le repos. 

Instaurer des routines

Les rituels de coucher sont rassurants et sécurisants pour les enfants. Ils préparent le moment du coucher en douceur. Il est possible de les mettre en place dès 6 mois. Une routine doit être courte : de 20 à 30 min avant la nuit et moins de 5 minutes pour les siestes. Elles peuvent inclure, le change, le bain, chanter des comptines, lire un livre. Et pourquoi pas un livre sur le sommeil par exemple ! 

Pour encourager votre enfant à bien dormir lorsqu’il est plus grand, nous vous proposons des tableaux du sommeil. Entre 3 et 6 ans, votre enfant colorie une lune ou une étoile lorsqu’il a fait un super dodo. Au-delà de 6 ans, il complète le tableau selon s’il a respecté l’heure du coucher, s’il n’a pas regardé la télé, s’il a été dérangé pendant sa nuit… 

Être cohérent 

En couchant votre bébé d’une certaine façon, il s’attend à se réveiller de la même façon. Imaginez-vous vous endormir dans votre lit dans les bras de votre partenaire et vous réveiller seul·e sur le canapé du salon. Perturbant non ? S’il n’est pas dans les mêmes conditions, bébé peut se réveiller au moment de son changement de cycle. Le micro-réveil habituellement inconscient se transforme en phase d’éveil. Si vous voulez nourrir votre bébé ou le bercer, nous vous conseillons de le transférer dans son lit encore somnolent, mais pas endormi. 

Essayer l’endormissement autonome

Dans le point précédent, nous avons vu que pour ne pas se réveiller, bébé doit rester dans les conditions d’endormissement. Certains parents pratiquent le cododo ou le portage et c’est OK. Mais si vous voulez que votre enfant dorme seul, il doit s’endormir seul. Sachez qu’à partir de 2 mois environ, les bébés sont capables de s’endormir d’eux-mêmes.

Il existe de nombreuses méthodes pour accompagner bébé vers l’endormissement autonome, à vous de choisir la vôtre. Restez à l’écoute de votre enfant, de ses émotions et surtout, suivez votre instinct et vos valeurs d’éducation. Ce n’est pas parce qu’on vous dit de laisser pleurer votre nouveau-né que vous devez le faire. Pour pouvoir s’endormir seul, votre enfant va développer ses propres stratégies de sommeil. Elles vont d’ailleurs évoluer au cours du temps.

Être garants de son sommeil

Vous devez tout mettre en place pour que le sommeil de votre enfant soit suffisant et de bonne qualité. Votre bébé est facile et dort n’importe où ? Tant mieux. Si ce n’est pas le cas, nous vous conseillons d’adapter votre emploi du temps en fonction des temps de sommeil de votre enfant

Si vous rêvez d’une grasse matinée, ne couchez pas votre enfant plus tard. Il ne va pas se décaler et il risque même de se réveiller plus tôt. Ce n’est pas parce qu’il est fatigué qu’il va mieux dormir et plus longtemps, bien au contraire. 

Le sommeil est un cycle vertueux : plus votre enfant dort et mieux il dormira. À l’inverse, de mauvaises siestes en journée (trop courtes ou inexistantes) impliqueront souvent de mauvaises nuits. La sur-stimulation entraîne un déséquilibre hormonal entre le cortisol (hormone du stress et de l’éveil) et la mélatonine (hormone du sommeil). 

Si le sommeil de votre bébé est compliqué, nous vous recommandons le livre Un enfant qui dort bien. Il vous donnera les clés d’un endormissement et d’un sommeil apaisés. Il va peut-être sauver vos nuits !

Mal dormir n’est pas une fatalité. Et même si le sommeil perdu ne peut pas se rattraper, il est toujours temps d’inverser la tendance ! Prenez de nouvelles habitudes pour aider votre bébé à bien dormir. Le sommeil de votre enfant est essentiel pour qu’il grandisse en bonne santé. 

Ne tape pas ta soeur, ne crie pas sur ton frère - Petit manuel pour une fratrie heureuse - livre pour les parents
Comment les aider à mieux vivre ensemble ?
2 personnes ont trouvé cet article utile, et vous ?